Rock climbing

Les 4 saisons de la grimpe dans les Alpes

Booster son endurance cardio-respiratoire, tester son agilité, prendre de la hauteur et un grand bol d’air pur… Le Alpes du Sud raviront les grimpeurs de tous niveaux, toute l’année.

En hiver, armez piolets et crampons

Les cascades gelées suspendent le temps

Chaussé de crampons et armé d’une bonne dose de motivation, misez sur le ruisseling qui consiste à remonter des cours d’eau gelés. Le Parc naturel régional du Queyras compte plusieurs spots aussi magiques les uns que les autres : sous vos pieds et sous la glace, observez l’eau couler. L’escalade sur glace, qui demande plus de technique, se pratique souvent sur des cascades de glace. On a repéré pour vous la cascade artificielle du Centre Nordique du Boréon, laVallée de la Freissinière et les cascades de glace de Ceillac et Aiguilles, dans le Queyras.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Le Queyras (@lequeyras) le

Grandes ascensions en demi-saison

L’escalade indoor pour grimper même en automne

Pour faire ses premières montées en toute sérénité, pour garder la forme ou travailler sa technique, l’escalade indoor propose des conditions « tout confort » : on apprécie le petit tapis en mousse en cas de chute ! Si agréable que certains troquent leurs afterworks contre des sessions d’escalade. Au Vesubia Moutain Park, de nombreux parcours en mur ou en bloc accueillent les grimpeurs débutants ou confirmés. À Gap, la salle Duo des Cimes est ouverte à tous, mais accueille régulièrement des compétitions. Pour les enfants et les grimpeurs débutants, rendez-vous à Digne-les-Bains dans la nouvelle salle Digne À Bloc.

Bien encordé, arpentez les falaises sous le doux soleil du printemps

Une fois les basiques bien maîtrisés, à vous l’escalade en falaise. Priorité numéro un : la sécurité ! On s’équipe avec précaution (baudrier, corde – obligatoire ! – , casque…) et on opte pour des sites à sa portée. Avec leurs voies comprises entre 700 et 1200 mètres, les falaises d’Orpierre ont fait la réputation de ce «  village qui grimpe » ! La Grande Falaise de Freissinières, dans le Briançonnais, est quant à elle idéale au printemps grâce à son exposition plein sud. Dans le Parc naturel régional du Mercantour, les plus expérimentés apprécieront le calcaire et le décor sauvage du site du Chapeau de gendarme. Le site des Méolans, lui, propose une centaine de voies, orientées sur et sud est et un accès facile à la falaise. Derniers « to-do » blocs, ceux de la Vallée d’Argenton, qui abrite des falaises de grès d’exception.

Boosté à bloc pour l’été

Sous le ciel bleu, guettez les frais sommets !

Par de belles journées d’été, les faces nord (et ouest pour les lève-tôt) des blocs offrent des terrains de jeux agréables. On fait juste attention au manque d’adhérence aux parois du à la chaleur. À Ailefroide, les blocs ne dépassent pas 4 mètres… parfait pour l’été ! Profitez aussi des grandes voies qui traversent ces dalles granitiques. Toujours dans les Hautes-Alpes, fraîcheur garantie sur le site de la Rue des Masques, à Guillestre. Sinon, rendez-vous à Céüse, la reine des falaises : elle compte 400 voies adaptées à tous les niveaux. Dans les Alpes-Maritimes, tout le monde connaît les Gorges du Loup : accessibles aux sportifs de tous niveaux, elles ravissent les grimpeurs. Le secteur Mesa Verde offre, lui, des conditions optimales avec deux superbes voies dont les parties basses sont toujours ombragées.